Stratoscape

Please wait while flipbook is loading. For more related info, FAQs and issues please refer to DearFlip WordPress Flipbook Plugin Help documentation.

2020 (rév. 2022) • Harmonie • Difficulté 4.5 • Durée 13’30

Stratoscape est un oeuvre très colorée et contrastée pour orchestre d’harmonie. Elle décrit la viue de notre planète vue depuis la stratosphère : il s’agit d’un voyage pictural, mais aussi métaphorique, en ce qu’il s’agit d’une prise de distance par rapport à notre monde.

L’oeuvre est articulée en 5 sections et suit une structure générale « vif-lent-vif » : sect. I – II / III / IV – V. J’ai tenté de varier de langage musical pour créer des sections contrastantes, tout en unifiant l’oeuvre par un matériel musical commun qui est presque entièrement dérivé (mélodiquement ou rythmiquement) du thème principal exposé dès la première mesure de la pièce.

I. Ignition ! (Allumage des moteurs !)

Dans cette section, j’ai tenté de mettre en musique le caractère majesteux de notre planète et les sentiments de l’observer depuis la stratosphère : notre voyage dans le ciel commence ! L’oeuvre commence ainsi avec un motif énergique, précédant l’expsotion d’un véritable leitmotiv (mark A) et à un thème secondaire (m. 25), qui serviront de matériau mélodique dans les sections qui suivernt. La lettre B marque le développement du thème en une marche, avant un retour du motif d’introduction à la lettre E.

II. Broadness & The Big Blue (Vasteté & Le Grand Bleu)

Le thème secondaire est traité de manière « minimalisante » et atmosphérique (lettre F), décrivant ainsi la grandeur de nos paysages terrestres ainsi que la vaste étendue de nos mers. La musique se disloque à partir de la lettre I, exposant un motif important chez les cuivres graves, lui-même dérivé des relations de tierces omniprésentes dans la pièce toute entière.

III. Stars Shining from Down and Above (Des étoiles scintillant d’en bas et d’en haut)

La partie centrale de l’oeuvre décrit la beauté fragile de notre terre durant la nuit. Ainsi les étoiles brillent d’en haut et d’en bas, qu’il s’agissent du scintillement des étoiles ou des lumières émises depuis la terre. Cette dualité peut être vue de manière poétique : nous, minuscules lumières brillant en bas, et les innombrables étoiles de l’univers, symbolisant l’humanité toute entière et toutes les vies humaines ayant passé par la Terre.

Après une section « atmosphérique », le e solo de hautbois, expose un motif lyrique, amenant à une section calme et donnant l’occasion à plusieurs solistes de l’ensemble de s’exprimer.

IV. Destructive Forces (Forces destructrices)

Cette section veut décrire la majesté et la force pure de la nature (motifs de fanfare aux lettres Q et W), mais également la descruction causée par les humains. Le motif de cuivres graves dérivé de la lettre I est développé ici de manière très agressive, figurant véritablement une force brute et transpirante ! La section donne la part belle à une section massive de percussion et développe le matériel des sections précédentes de manière sarcastique, parfois presque folle. La musique s’effondre d’ailleurs à la mesure 308, menant brusquement à une section quasi senza misura très envoûtante, où le thème secnodaire est traité de manière fantômatique. La musique retourne ensuite aux brusques accents du début de la section.

V. One and Only Home (Notre seule et unique demeure)

La section finale retourne à un écriture « minimalisante » (lettre X), nous donnant un instant de répit après le chaos de la section IV, et récapitule le matériel musical des sections précédentes. Les dernières mesures (lettre Y et suivantes) assurent une finale tout en espoir et en enthousiasme.


Cette pièce a été composée en novembre 2020 et fut réélaborée au début de l’année 2022.

L’oeuvre n’a pas encore été créée.